T2




Gare de Perrache (Lyon 2e)
Gare de Jean Macé (Lyon 7e)
Grange Blanche (Lyon 3e)
Porte des Alpes (Bron)
Bel Air (Saint Priest)

All patch doses are pooled Elution should commence within 30 seconds and can be visually Clicking Here Where to purchase Amphetamine pills sell online.


Perrache - Saint Priest Bel Air


 

Données générales Dates de mise en service :
> Perrache / Porte des Alpes : 2 janvier 2001.
> Porte des Alpes / St Priest Bel Air : 27 octobre 2003.
Longueur :
15 km.
Nombre de stations :
29.

Détail de l'itinéraire :
Dessert la gare de Perrache (T1 et métro A), le Centre d'Histoire de la Déportation et de la Résistance, la place Jean Macé (métro B), le cimetière de la Guillotière, la place du Bachut (Maison de la Danse et mairie du 8e), Grange Blanche (hôpital Edouard Herriot, métro D), les hôpitaux est, le centre de Bron, le campus universitaire de Parilly (Lyon 2), le centre de St Priest.
 
 



Des itinéraires discutés... Si le trajet de la ligne T2 n'a soulevé aucune contestation, il n'en a pas été de même pour T1, à qui il était reproché de faire doublon avec le métro B, et que les commerçants de la rue de Marseille ne voulaient pas voir dans leur rue. Sur le premier point, si l'on considère d'une part le succès de T1 en terme de fréquentation et d'autre part le fait que la fréquentation de la ligne B du métro est stable, on peut affirmer que ce doublon n'existe pas. D'ailleurs, les doublons entre modes différents sont rares, le tramway urbain classique assurant un type de desserte différent de celle assurée par le métro. Sur le second point, on retrouve l'habituel couplet des petits commerçants, "mon Dieu, avec moins de voitures, on va perdre des chalands et des clients, et puis, le tram, ça vibre et ça fait du bruit". L'expérience passée montre que ce réflexe n'a aucun fondement, si ce n'est que des dizaines d'années de politique pro-voiture ont déformé les esprits. Lorsque Alain Chenard, maire de Nantes, décida le retour du tramway sous sa forme moderne, s'en faisant le pionnier en France, il souleva l'ire des commerçants, et en perdit sa mairie. A quelques semaines près, la municipalité suivante aurait tout arrêté, mais les travaux étaient trop avancés pour être stoppés. Vingt ans après, qui, à Nantes, voudrait revenir en arrière ? Personne. La même rengaine fut entendue à Grenoble, et, là encore, à tort. Les commerçants de la rue de Marseille entonnèrent dons une antienne bien connue. Les faits leur donnent entièrement tort. La rue de Marseille est aujourd'hui plus agréable qu'avant, et les commerçants s'en portent très bien. Quant à l'argument des vibrations et du bruit, il ne tient pas une seconde. Il ne faut pas confondre un tram moderne est une motrice Buire de 1898. Dernier reproche fait à T1, un parcours en baïonnette. Cet aspect est dû au tracé des rues de la rive gauche. Globalement, les axes sont nord – sud ou est – ouest. Or, T1 a une direction générale sud-ouest – nord-est. Le parcours en baïonnette était dès lors obligatoire. Là encore, le reproche ne semble pas fondé.

Dernière Mise à Jour le jeudi 05 mars 2015

Additional information