"On se garait sur le trottoir depuis 40 ans !"

1
Depuis 3 ans maintenant, la piste cyclable qui relie Vaise à la Presqu’île via le quai Pierre Scize est en service. Elle a été inaugurée le même jour que Vélo’v, et c’est un maillon essentiel entre le nord et le sud de l’agglomération qui a vu le jour. Pour réaliser cet aménagement séparé de la circulation par une bordure haute, la suppression d’une voie de circulation a été nécessaire pour permettre le maintien du couloir bus. Cet aménagement a été longtemps demandé par les associations de cyclistes et il est aujourd’hui largement plébiscité par ses utilisateurs qui peuvent circuler sur les quais de Saône en toute sécurité.

Aujourd’hui, ce sont les commerçants qui montent au créneau pour dénoncer la perte de chiffre d’affaire engendrée par cet aménagement, qui ne permet plus à leurs clients de stationner sauvagement à cheval entre le trottoir et le couloir bus, comme ils le faisaient depuis 40 ans… Des propos recueillis dans le journal Le Progrès du 24 mai, qui sont à s’arracher les cheveux !

Pour permettre à nouveau de capter quelques clients automobilistes, les commerçants demandent à ce que le stationnement soit exceptionnellement autorisé sur la piste cyclable de 22h à 4h du matin. Il est bien évident qu’il n’y a pas de cyclistes la nuit à Lyon, et que les personnes à mobilité réduite n’ont qu’à rester chez elles à ces heures là !

On croirait rêver ! Pour ne pas faire 10 min de marche à pied depuis le parc de stationnement le plus proche, les autres usagers de la rue devraient céder de l’espace pour le stationnement anarchique, alors même que nos élus ont voté les principes d’un plan de déplacements urbains ? Face à cette demande, Gilles Vesco (en charge du développement des modes doux en Mairie de Lyon et au Grand Lyon) répond fermement : « Nous ne reviendrons pas en arrière (…) nous développons une politique de rééquilibrage des modes de déplacement au profit de la ville douce, aux dépens de la ville routière ».

Il en va de soi que pour d’évidentes raisons de sécurité et de bien être de tous, cette demande des commerçants ne risque pas d’être honorée. Il suffit de se déplacer en pleine nuit, notamment en week end, pour voir que la voiture n’est plus le seul mode de déplacement en ville, et que le vélo a désormais toute sa place, notamment depuis la mise en place de Vélo’v. Pourquoi systématiquement sacrifier l'espace public du centre ville au profit des véhicules particuliers, consommateurs d'espace ? Il y a décidemment toujours des résistants, mais le prix du baril va nécessairement plaider en faveur des modes doux en centre ville...

Carton rouge aux commerçants des quais de Saône !


Le quai Pierre Scize, avant et après le réaménagement

L’équipe de Lyon en Lignes

Additional information