Quelle place pour les voitures dans l'hypercentre ?

Dans le dernier numéro de « Lyon Mag’ », le magazine désormais spécialisé dans l’analyse des points noirs de la circulation en agglomération lyonnaise, il est fait état du secteur du Cours Charlemagne, dans le 2ème arrondissement de Lyon.

Le Comité d’Intérêt Local de ce quartier dénonce les embouteillages récurrents, notamment entre le Cours Suchet et le sud de la gare de Lyon Perrache. Les explications pointent notamment la réduction de voirie rendue nécessaire par l’arrivée du tramway, et les comportements des automobilistes, qui stationnent de façon anarchique pour déposer des voyageurs à la gare SNCF.

La question est ensuite posée au Maire du 2ème, M. Broliquier : 3 « solutions » sont abordées, pour tenter de donner une issue à cette crise :

1)    Les travaux prochains de la Place des Archives, avec fermeture du Cours Charlemagne au nord du Cours Suchet à la circulation automobile, temporaire. Si cette expérience s’avère positive, elle pourrait être maintenue après les travaux. La circulation devrait alors se dévier par le Cours de Verdun.
2)    L’opportunité de construire 2 nouveaux ponts sur le Rhône, dans l’axe de la rue des Girondins (Lyon 7) et de la rue Lortet (Lyon 7), et le percement d’une nouvelle voûte de Perrache, dans l’axe de la rue Smith.
3)    La suppression à terme du tramway T1 au profit du prolongement du métro A, qui permettrait de libérer de la place pour la circulation.

Nous avons parfois l’impression que nous ne vivons pas sur la même planète que certains élus. La presqu’île de Lyon est-elle vraiment destinée à accueillir toujours plus de trafic ? La voie unique de circulation sur Charlemagne pour chaque sens ne suffit-elle pas à drainer le trafic local du quartier, pour permettre aux véhicules des riverains ou de livraison de circuler sans encombre. Ce quartier doit-il avoir la vocation de drainer un trafic de transit ? Doit-on vraiment prendre sa voiture pour se rendre en presqu’île ?

Tant de questions qui restent sans réponse. Et la réponse de la Mairie du 2ème est sévère : il faut virer le tramway, mettre les transports en commun sous terre pour éviter qu’ils ne gênent trop, pour remettre encore plus de circulation en surface. On croirait rêver !

Mais que chacun se rassure, nous sommes encore loin d’une presqu’île sans voitures. Malgré des transports en communs denses, des aménagements favorables aux piétons et cyclistes, le citoyen moyen ne voit encore que le bout de son nez.

Les projets de ponts sur le Rhône sont directement liés au déclassement de l’A7, et sont encore du domaine du rêve. Quant au percement de la voûte de la rue Smith, ce projet est dans les cartons depuis plusieurs années, mais personne ne s’y engage. La solution est-elle vraiment de créer des voiries supplémentaires pour redonner un nouveau souffle à la circulation routière ? Le but n’est certainement pas de tout faire pour congestionner les quartiers de Lyon, mais plutôt de contenir la circulation dans l’hyper-centre ville de Lyon, responsable de nuisances importantes et de nombreux accidents corporels.

L’équipe de Lyon en Lignes, d’après un article du magazine « Lyon Mag’ »


Un Cours Charlemagne routier, un Cours Charlemagne partagé, quel choix pour les lyonnais ?

Additional information