Des nuisances au quotidien

sort
Lorsque le tunnel de la Croix Rousse est fermé, nombreux sont les médias à s'intéresser au sort des automobilistes, qui doivent se détourner part des itinéraires alternatifs souvent encombrés. On parle dans ces cas-là également beaucoup des riverains qui habitent le long de ces itinéraires de déviation, qui subissent d'importantes nuisances.

Mais que penser alors des riverains de l'avenue de Birmingham, et de certains habitants du Val de Saône, qui doivent supporter ces nuisances au quotidien, ce qui ne semble plus surprendre personne, tant celles-ci ont revêtu un caractère "habituel". Est-il normal en effet qu'un tel trafic routier transite dans un quartier si peuplé, sans qu'aucun aménagement ne soit mis en place pour en limiter le volume, et donc les nuisances.

Le Conseil de quartier "Croix Rousse Saône" a souhaité réagir, suite aux différents commentaires qui ont été faits suite à la fermeture du tunnel de la Croix Rousse pendant tout le mois de septembre. Avec plus de 60 000 véhicules par jour dans le tunnel de la Croix Rousse et ses abords immédiats, ce sont les habitants du secteur qui souffrent au quotidien de la pollution, de l'insécurité routière notamment pour les piétons ou encore des nuisances sonores provoquées par le trafic automobile.

À l’instar de certains axes qui ont fait l'objet de réaménagements pour réduire sensiblement le trafic automobile (Berthelot, Marietton, le quai Pierre Scize...), les riverains du tunnel de la Croix Rousse souhaitent évoquer une opération semblable pour leur quartier, dont ils ne comprennent pas pourquoi il ne pourrait pas profiter de la même modération de trafic.

Source Le Progrès


Le tunnel de la Croix Rousse et la rue Duquesne.
Le grand nombre de voies n'améliore en rien la fluidité du trafic.

Additional information