Une page se tourne ?

A7
C'est un axe historique qui pourrait être éradiqué d'ici quelques dizaines d'années à Lyon, celui qui éventre la Presqu'île de Lyon, du nord au sud et d'est en ouest. C'est bien le déclassement de l'autoroute, dont on parle depuis tant d'années, qui semble toujours d'actualité. C'est en tout cas ce que pense François Gréther, architecte mandataire du projet "Confluence".
Cet axe, choisi à la fin du XVIIIème siècle par Monsieur Perrache, va peu à peu devenir celui du chemin de fer, puis de la route des vacances pour des milliers de français et d'européens.
Mais, avec la croissance importante du trafic automobile, cet axe a-t-il toujours sa pertinence historique ? Les lyonnais ne souhaitent-ils pas sa disparition au profit d'une presqu'île "réunifiée", et plus agréable à vivre ?
Pour cela, il faudra d'après l'architecte "faire passer l'autoroute ailleurs", et c'est là que le bas blesse. Les débats seront sans doute encore vifs dans le futur sur cette question...
Pourtant, la récupération de plus de 2km de rives sur le fleuve Rhône semble traumatiser de moins en moins de monde, contrairement à une époque où cette modification d'envergure aurait paru inenvisageable. Serions-nous en train de tourner une page ?

A l'heure où Lyon se réapproprie progressivement son urbanité, avec notamment le retour du tramway ou la redécouverte du vélo, c'est un projet urbain d'envergure qui s'organise peu à peu au sud de Perrache...

D'après un article du Moniteur des travaux publics


A gauche : le premier kilomètre de l'autoroute A7, qui traverse Perrache
A droite : le creusement de la future "darse" du projet "Lyon Confluence"

Additional information